Voici ci-après des exemples concrets d’aménagements pour travailler avec des personnes qui ont des difficultés d’attention et de concentration en ergothérapie.

Le choix de l’activité

Comme toujours et encore plus ici, le choix de l’activité sera essentiel car plus une personne est intéressée et impliquée dans ce qu’elle fait, plus l’attention qu’elle déploiera pour la réaliser sera élevée.

S’assurer que l’environnement physique autour de la personne favorise l’attention.

Enlever les objets non essentiels à l’activité (Iphone, PC, jeux…)

Isoler la personne des sources de distractions humaines (ex : le positionnement dans la classe pour un enfant), sonores (sonneries, bruits de pas) ou visuelles (objet en mouvement, éviter d‘être près d’une fenêtre). Il faut s’adapter aux difficultés de la personne et aménager l’environnement en fonction.

S’assurer que la personne puisse réceptionner l’information.

Favoriser l’organisation de la personne, apprendre l’utilisation d’aide-mémoires, des routines, des méthodes de rangement pour qu’elle puisse plus facilement mobiliser ses ressources.

Avant de donner une consigne, s’assurer que la personne soit attentive.

Maintenir l’attention durant les consignes (varier les types de stimulations : visuelles, tactiles, auditives… et trouver le style d’apprentissage qui convient le mieux à la personne).

Vérifier que la personne a bien compris (par ex : en lui demandant de la répéter ou de la mettre en action).

Ne donner qu’une consigne à la fois, utiliser des consignes brèves, précises et simples.

Permettre des temps de pause réguliers.

Faire apprendre des techniques de relaxation pour permettre à la personne de contrôler ses tensions, ses angoisses.

Le retour au travail est-il possible ?

Est-ce que son niveau de concentration actuel lui permet de reprendre son emploi ou faut-il faire des aménagements (matériels, temps de travail, changement de poste…). Il faut parfois réfléchir aux réajustements de son cadre de travail et des tâches à effectuer en fonction de ses ressources et de ses difficultés actuelles.

Travail de l’endurance dans l’activité par le biais des activités proposées en ergothérapie.

Trouver des lieux d’activités alternatives (atelier protégé, associations, bénévolat…) si la reprise de l’activité antérieure est impossible.

Accompagner la personne dans ses progrès

Possibilité pour la personne de noter sur une feuille ses durées effectives de concentration lors d’une tâche, de noter le nombre de fois où elle décroche puis de comparer d’une séance à une autre.

Faire du renforcement positif lorsque la personne parvient à rester concentrer du début à la fin de sa tâche, encourager la personne dans son évolution, la soutenir et valoriser ses ressources.

Donner des objectifs progressifs pour favoriser la motivation de la personne.